Avec l’acquisition récente d’Optimatics par SUEZ, société australienne leader dans son domaine, SUEZ Smart Solutions ajoute une nouvelle corde à son arc : la gestion intelligente du patrimoine des réseaux d’eau potable et d’assainissement. Une avancée technologique qui permet d’optimiser les plans de renouvellement des canalisations.

 

 

Un domaine complexe à plusieurs variables

En France comme à l’étranger, les canalisations vieillissantes doivent être renouvelées afin d’éviter d’éventuelles casses. Alors que plus d’un quart de l’eau potable est perdu, ce qui représente chaque année une perte de 1,3 milliard de mètres cubes, les renouvellements sont encore insuffisants. Manque de connaissances de l’état des canalisations, gênes sur la voirie, faible portée politique, la principale raison reste avant tout financière. Le coût de remplacement d’un kilomètre de canalisation en ville varie entre 400 000 et 800 000 euros. Outre l’aspect financier, le renouvellement représente un enjeu sanitaire pour la population avec un risque de contamination de l’eau distribuée faisant suite à une casse. En 2014, La fondation Danielle Mitterrand France Libertés et 60 millions de consommateurs alertaient déjà les collectivités : "Plus les élus attendent, plus la situation s'aggrave et plus grand est le risque de devoir agir dans l'urgence, endetter la collectivité et augmenter fortement la facture des habitants".

 

Envisager tous les cas de figures possibles

Alors que les études de renouvellement sont fastidieuses, l’outil Optimizer™ permet d’accélérer la prise de décision. Comme l’explique Bertrand Vanden Bossche, Responsable activité Smart Asset Management : « Nous pouvons désormais explorer des centaines de milliers de scénarii possibles, en prenant en compte l’ensemble des actifs (canalisations, branchements, compteurs, équipements dans les usines…) et ce, en seulement quelques heures ! ».Une vraie révolution pour les gestionnaires d’eau et d’assainissement qui peuvent désormais prioriser leurs investissements, avec des gains financiers allant de 10 à 30%. « Car cet outilen faisant tourner des milliers d’algorithmes, est capable de proposer les solutions répondant au mieux aux objectifs fixés et aux contraintes définies par le client. ».Il reste ensuite aux équipes de prendre la meilleure décision. « Cela permet, à partir de peu de données, d’aller plus loin dans la formulation des solutions possibles. »

 

Les équipes d’Optimatics et de SUEZ travaillent au développement d’un portail web rassemblant l’ensemble des informations (données temps réel, d’exploitation, d’intervention, économiques et financières, de performance, de description du patrimoine…) jusqu’alors réparties dans des applications diverses. Une collaboration de taille, à la croisée des continents entre Chicago, Paris et Adélaïde, afin de proposer le meilleur service possible aux collectivités de toutes tailles. Alors que ces nouvelles fonctionnalités devraient être finalisées d’ici un an, les équipes s’intéressent déjà à l’intelligence artificielle et à la mise en œuvre de « jumeaux numériques » (représentation 3D).