Sigfox, LoRa, Wize, NB-Iot et maintenant la 5G ? Avec les premiers projets de Smart City et territoires intelligents, les technologies de communication se multiplient. Annoncée comme révolutionnaire, la 5G pose une fois de plus la question du choix technologique pour connecter les objets. Samuel Loyson, directeur Smart Metering chez SUEZ Smart Solutions nous apporte son avis d’expert.

 

 

Des technologies, en veux-tu en voilà

L’Internet des Objets a vu l’apparition de nouveaux types de réseaux de communication radio dits «LPWAN » (Low Power Wide Area Network) comme Sigfox, LoRa ou Wize. Ces technologies déployées localement ou nationalement sont particulièrement adaptées aux projets de Smart City. Peu énergivores, les dispositifs utilisent des modulations radio performantes qui peuvent parcourir des distances se comptant en kilomètres (à l’extérieur). Mais, face à cette multitude de solutions affichant des caractéristiques proches le choix du décideur s’avère parfois complexe. Chez SUEZ, « On s’adapte à la technologie déjà installée sur le territoire, sinon nous encourageons le déploiement du réseau Wize,  une technologie particulièrement adaptée aux objets difficiles d’accès qui a séduit des clients comme Paris, Bordeaux, l’île de Malte ou encore GRDF » nous explique Samuel Loyson. Portée au sein de la Wize Alliance, la technologie Wize est pensée pour les usages du territoire intelligent (télérelève, éclairage public, arrosage intelligent, collecte des déchets, énergie, etc.).
 
 
 
 
 
 
 

La 5G, future reine des technologies ?

Parmi toutes ces technologies, la dernière venue, la « 5G », fait beaucoup parler d’elle. En France, le déploiement de la 5G sera national et présente un fort potentiel. Elle permettra de déployer de façon étendue des cas d’usages majeurs comme la voiture autonome ou l’usine 4.0. La 5G saura-t-elle pour autant répondre à toutes les promesses ? « L’idée d’un réseau unique reste illusoire, aucune technologie ne peut servir tous les usages. D’ailleurs, le terme générique de « 5G » recouvre en réalité toute une famille de technologies complémentaires » précise Samuel Loyson.  Par ailleurs, le déploiement de la 5G prendra du temps, et il faudra attendre 2025 pour disposer d’une véritable couverture à l’échelle nationale, sans certitude sur la couverture effective pour des objets enterrés, ou dans des caves. « On rencontre souvent cette situation dans les projets de relève à distance des compteurs d’eau. Enterrés, et difficilement accessibles, la plupart des technologies IoT ne permettent pas d’avoir des performances satisfaisantes». Autrement dit, ça ne passe pas. « Il faut alors mettre des répéteurs, et là on augmente considérablement les coûts d’installation et de maintenance ». La capacité à déployer des réseaux dédiés localement à un coût abordable reste donc une nécessité pour satisfaire toutes les options de la ville connectée.
 
 
 
 
 
 
La valeur de l’IoT réside dans le service rendu et non dans la technologie en elle-même. « L’usage définit le choix de la technologie et non l’inverse. » précise notre expert avant de conclure « il ne sera donc pas surprenant de déployer des réseaux multi-technologie pour répondre aux différents besoins ».